le_faux_ete


Promo56-60 (Louis ALBERTELLI).

Editeur : Les Editions du Rocher (1993).

 

Il y a plus de 4500 ans, les Egyptiens ont élevé des monolithes d'une trentaine de tonnes sur les gradins de la pyramide de Kheops haute de 138 mètres. Comment les maîtres d'œuvre ont-ils pu surmonter l'insuffisance de leurs moyens techniques et scientifiques pour satisfaire la volonté du pharaon ? Cette énigme continue de défier l'imagination des archéologues et des architectes. Ni les vestiges des monuments ni les hiéroglyphes ne permettent en effet de percer le mystère du transport de ces gigantesques blocs de pierre, comme si ces antiques artisans avaient voulu préserver à jamais leur secret. Face à cette question apparemment insoluble, nombreux sont ceux de nos contemporains qui ont été tentés de se réfugier dans des explications relevant du surnaturel. Loin de ces récits fantaisistes, Louis Albertelli nous propose une reconstitution romancée - mais constamment vérifiée par des données scientifiques - de la formidable aventure de ces constructeurs d'éternité. Ingénieur des Travaux publics, il nous apporte des thèses inédites sur les procédés de construction. Recourant aux connaissances théoriques des bâtisseurs égyptiens de l'époque, il parvient à restituer les diverses phases de cette parfaite synergie entre l'homme et la matière. Par ses démonstrations mathématiques et physiques, par ses expérimentations, Louis Albertelli prouve que la combinaison des " machines de bois " évoquées par Hérodote d'Halicarnasse et des " terrasses " décrites par Diodore de Sicile a bel et bien suffi pour réaliser ce que l'humanité considère désormais comme l'une des Sept Merveilles du monde.